Cancer des glandes salivaires

Le cancer des glandes salivaires ou carcinome parotique désigne la maladie des glandes salivaires. Actuellement, environ une personne sur 100 000 par an tombe malade de ce type de cancer. Les tumeurs des glandes salivaires sont, dans les trois quarts des cas, des tumeurs bénignes. Elles sont malignes dans les autres cas.

La plus commune tumeur bénigne des glandes salivaires est l’adénome pléomorphe. La deuxième tumeur bénigne la plus courante est la tumeur warthin (cystadenolymphome). Ainsi sont déjà nommées les deux tumeurs bénignes majeures. D'autres tumeurs bénignes sont très rares.

Les tumeurs malignes ont un grand nombre de sous-types, qui se distinguent par leurs propriétés histologiques. Les tumeurs les plus courantes sont : le carcinome mucoépidermoïde, le carcinome adénocystique, les adénocarcinomes, les carcinomes à cellules acineuses, les carcinomes squameux, les métastases d'une autre tumeur dans la région des glandes salivaires, outre plusieurs tumeurs malignes très rares.

Le cancer malin des glandes salivaires forme souvent des métastases dans la région du cou et revient très fréquemment après le premier traitement.

La palpation et le test fonctionnel du nerf facial sont les premiers pas vers le diagnostic, qui doit être confirmé par échographie. La biopsie ne permet pas toujours une évaluation précise. Les tumeurs bénignes, les tumeurs malignes non épithéliales et les métastases d'autres tumeurs primaires doivent être clarifiées de façon différenciée.

Symptômes

Grosseurs non douloureuses dans la glande atteinte. Les patients se plaignent également de plaies dans la bouche qui ne guérissent pas, de difficulté à déglutir, d'enflures et de maux de gorge qui rayonnent vers les oreilles. L'enrouement, les égratignures prolongées dans la gorge et l'éclaircissement constant de la gorge peuvent également indiquer un cancer des glandes salivaires. 

Thérapies recommandées pour le traitement du cancer des glandes salivaires:

Hyperthermie générale

L’effet curatif de l’hyperthermie générale (du corps entier) est que nous pouvons très rapidement amener l’organisme à des températures élevées (jusqu’à 40,5 °). Ce réchauffement rapide et haut active non seulement le système immunitaire mais aussi de nombreuses cellules dégénérées du cancer des glandes salivaires sont détruites. En outre la destruction et même l’élimination des cellules cancéreuses, l’hyperthermie générale active le système immunitaire énormément sans agresser le corps. Une cascade immunitaire est déclenchée par laquelle les globules blancs se prolifèrent et s’activent. 

Hyperthermie locale

Pour combattre le cancer des glandes salivaires nous recommandons aussi l’hyperthermie locale. Par cette thérapie, la région touchée est rapidement chauffée à des températures élevées (jusqu’à à 45°C). Ce chauffage active le système immunitaire qui aiderait à combattre le cancer. La chaleur peut endommager et détruire les cellules cancéreuses en attaquant les protéines et les structures membranaires et intra-cellulaires ainsi que les vaisseaux sanguins irrigants les tumeurs et diminuer l’apport sanguin vers celles-ci, ce qui peut contribuer à ralentir sa croissance. L’hyperthermie locale est aussi appelée ablation thermique.

IPT avec faible dose de chimiothérapie

Les patients atteints d'un cancer des glandes salivaires peuvent être traitées avec succès au Centre d'Hyperthermie de Hanovre avec l'IPT, qui utilise l'hormone hypoglycémiante. Celle ci augmente la perméabilité des membranes cellulaires. Les cellules cancéreuses des glandes salivaires se caractérisent par plus de récepteurs d'in-su-line que les cellules normales.

Suite à une hypoglycémie provoquée, ces récepteurs seront actives ce qui permet a la chimio de pénétrer en masse dans les cellules malignes . 

En conséquence, lPT cible mieux les cellules cancéreuses et nécessite moins de chimio, et donc moins d'effets secondaires.
 

Thérapie par l'ozone

Selon notre expérience au centre d'Hyperthermie à Hanovre, nos patients atteints de cancer des glandes salivaires répondent particulièrement bien au traitement à l'ozone. L'ozone est une molécule d'oxygène triatomique. Elle a un effet germicide (bactéricide, virucide, fongicide..) et stimule les mécanismes biologiques et le métabolisme cellulaire, induisant un effet revitalisant. L'ozone stimule aussi le système immunitaire. Dans le traitement à l'ozone il y a une oxydation aigu des cellules cancéreuses. Les cellules saines sont épargnées. On prélève 60 a 200ml de sang qui sera enrichis d'un mélange ozone-oxygène puis réinjecté par voie intraveineuse.

Méthode Gerson

La thérapie Gerson est une thérapie nutritionnelle. Elle se compose principalement de jus fraîchement pressés, d'un régime sans sel riche en substances vitales, de lavements au café et de certains compléments alimentaires, ce qui est particulièrement utile pour les patients atteints de carcinome des glandes salivaires. En combinant la thérapie de Gerson avec l'hyperthermie moderne et la thérapie biologique du cancer, nous avons ouvert un nouveau chapitre dans les thérapies alternatives du cancer et mis des mesures préventives à la disposition de nos patients.

Perfusions de vitamine C à fortes doses

Au centre d’hyperthermie à Hanovre, nous traitons les patients atteints du cancer des glandes salivaires avec succès avec des fortes doses de vitamine C. La vitamine C, l’acide ascorbique, est probablement la vitamine la plus connue. C’est aussi l’antioxydant le plus important. A forte dose, elle a un effet oxydant comparable à l'effet d'une chimiothérapie : elle intercepte les radicaux libres nocifs dans le corps et les rend inoffensifs ce qui empêche la dégénérescence des cellules saines. La vitamine C est également essentielle pour le système immunitaire et les divers processus de régénération dans le corps. La perfusion de vitamine C à fortes doses est un des traitements les plus efficaces du cancer des glandes salivaires.

Perfusions de procaïne-base

La thérapie neuronale suppose que les plaintes chroniques sont causées par des champs d’interférence distants. Chaque corps et chaque organe pathologiquement modifié de l'organisme peut devenir un champ interférant. Pour le traitement d'une tumeur des glandes salivaires, un anesthésique local analgésique et anti-inflammatoire est injecté par voie intraveineuse ou dans les méridiens de l'organe perturbé qui soulage également la zone douloureuse du corps et l'organe correspondant, en l'occurrence les glandes salivaires.