Thérapie potentialisée avec faible dose de chimio (IPT)

La Thérapie potentialisée avec faible dose de chimio est une forme de traitement du cancer qui utilise une combinaison de l'in-su-line et de la chimiothérapie pour traiter la maladie. Elle est appelée aussi la thérapie de potentialisation de l'in_su_line.

Cette méthode a été mise au point par le médecin militaire mexicain Donato Perez Garcia, qui a réussi à traiter diverses maladies en administrant de l'in-su-line.

La Thérapie potentialisée par l’hormone hypoglycémiante (IPT) représente une méthode beaucoup plus douce que la chimiothérapie traditionnelle. Les substances chimiothérapeutiques sont combinées à l'in-su-line, ce qui présente l'avantage de ne nécessiter qu'un cinquième (environ 20 % d'administration cytostatique) des substances chimiothérapeutiques normalement utilisées. Par conséquent, cette thérapie est une forme de chimiothérapie à faible dose et n'a pas les effets secondaires désagréables de la chimiothérapie.

 

Le problème de la chimiothérapie traditionnelle

En médecine conventionnelle, la chimiothérapie est un traitement courant du cancer, mais elle présente ces inconvénients fondamentaux :

  •  la chimiothérapie ne permet pas de distinguer les cellules malignes des cellules non malignes, ce qui signifie que les cellules saines sont principalement endommagées parce qu'elles se divisent régulièrement, tout comme les cellules cancéreuses.

  • Les muqueuses, les racines des cheveux et surtout la moelle osseuse dans laquelle se forment le sang et les cellules de défense sont également touchées.

  • Il n'existe pas de méthode fiable pour déterminer si les cellules cancéreuses répondront à la chimiothérapie avant le début du traitement. On ne peut donc pas éviter que de nombreux patients seront traités sans résultat.

La chimiothérapie n'endommage que les cellules cancéreuses qui sont en train de se diviser. Les cellules inactives ne sont pas affectées. Ces cellules développent progressivement une immunité à la cytotoxine et présentent souvent une division cellulaire accrue. Comme ces cellules s'habituent à la cytotoxine, il n'est pas possible d'utiliser les mêmes agents chimiothérapeutiques plus de six fois. C'est l'une des raisons pour lesquelles les chimiothérapies sont si souvent changées.

Hormone hypoglycémiante et cellules cancéreuses, chimiothérapie à faible dose

L'in-sul-ine, une hormone endogène produite dans le pancréas, est responsable du transport des nutriments du sang vers les cellules. L'insuline s'attache aux cellules et facilite leur absorption des nutriments. L'une des différences entre les cellules cancéreuses et les cellules normales est que les cellules cancéreuses ont beaucoup plus de récepteurs d'insuline, ce qui signifie que les cellules cancéreuses absorbent plus d'insuline que les cellules normales. Lorsque l'organisme absorbe des nutriments, ceux-ci atteignent généralement les cellules cancéreuses, qui s'attaquent avec avidité à ces substances alimentaires et en privent ainsi l'organisme, ce qui affaiblit le patient.

Avantages de la Thérapie potentialisée (IPT)– chimiothérapie à faible dose – en un coup d'œil

  • Il n'y a pratiquement pas d'effets secondaires dus à l'utilisation de petites doses de produits chimiothérapeutiques.

  • La cytotoxine est distribuée dans une moindre mesure et atteint principalement les cellules cancéreuses, qui sont la cible principale.

  • Les patients retrouvent l'appétit et se sentent mieux en général.

  • Il en résulte moins d´effets secondaires, en comparaison avec l'utilisation de cyostatiques.

  • Les cellules cancéreuses sont déboussolées par l'hormone hypoglycémiante de sorte qu'elles mangent tout ce qui les gêne. Les cellules développent une résistance à la cytotoxine beaucoup plus tard que dans le cas de la chimiothérapie traditionnelle.

  • La Thérapie potentialisée (IPT) ne dépend pas de la chimiothérapie. D'autres substances moins toxiques issues de la naturopathie peuvent également être utilisées.

La Thérapie potentialisée avec faible dose de chimio (IPT) profite du fait que les cellules cancéreuses sont plus voraces que les récepteurs de l'in-su-line. Au début du traitement, le patient est à jeun, de sorte que le sang est dépourvu de nutriments. La glycémie est abaissée par l'administration intraveineuse d'insuline, qui s'attache principalement aux cellules cancéreuses. Une demi-heure plus tard, la dose de chimio est administrée ; elle est absorbée "avec gourmandise" par les cellules cancéreuses. Enfin, du glucose est ajouté pour rétablir le taux de glycémie. Dans cette chronologie, une chimiothérapie à faible dose est administrée.

 

Une séance dure entre deux et trois heures. L'avantage de cette méthode est que, contrairement à la chimiothérapie traditionnelle, les agents chimiothérapeutiques ne sont pas distribués dans tout le corps, mais sont dirigés plus précisément vers les cellules cancéreuses par l'hormone hypoglycémiante. Par conséquent, la dose des agents chimiothérapeutiques administrés peut être considérablement réduite et il s’agit ici de chimiothérapie à faible dose. L'organisme subit donc moins de dommages et les effets secondaires sont également réduits ou parfois meme absents.

En raison de son mode d´administration, la IPT

  • n'a pratiquement aucun effet secondaire sur le corps par rapport à la chimiothérapie classique.

  • Le venin cellulaire est moins répandu et atteint principalement les cellules cancéreuses.

  • L'in-su-line est une hormone qui augmente l'absorption des nutriments.

  • Les patients qui reçoivent de l'insuline développent plus d'appétit et se sentent mieux.

  • Il est possible d'éviter des dommages graves à l'organisme.

  • En raison de la façon dont elle est administrée, les cellules cancéreuses mangent tout.

  • Une IPT est indépendante de la chimiothérapie. Elle peut également être administré avec des agents de perfusion non toxiques.