Lymphome non hodgkinien

Toutes les maladies malignes du système lymphatique (lymphomes malins), à part le lymphome de Hodgkin, sont regroupées sous le terme « lymphome non hodgkinien » (LNH). Principalement, des raisons historiques sont à l’origine de ce regroupement. Les maladies qui sont résumées sous ce terme générique sont très différentes.  Il en est de même avec les mutations génétiques fondamentales, les caractéristiques immunologiques ainsi que les manifestations cliniques. Par conséquent, le traitement du LNH peut varier fortement.

Les LNH sont divisés en un phénotype B (environ 80 % de tous les LNH) et un phénotype T (20 %), selon que le LNH provient des cellules lymphatiques B ou T. Rarement, un LNH peut émaner des lymphocytes NK. Actuellement, environ 15 sur 100 000 personnes contractent la LNH chaque année.

Les symptômes initiaux des lymphomes non hodgkiniens correspondent à ceux des lymphomes de Hodgkin (cependant, sur le plan histologique, AUCUNE cellule de Hodgkin-Sternberg-Reed n’est détectable). Chez de nombreux patients, cependant, d'autres organes sont déjà impliqués au moment du diagnostic, en particulier le tractus gastro-intestinal et la région ORL. Les problèmes gastro-intestinaux sont souvent le résultat d'une infiltration maligne.

Les symptômes suivants apparaissent : enflure des ganglions lymphatiques, perte de poids de plus de dix pour cent en six mois, transpiration récurrente, fièvre d’origine inconnue. L'infiltration de la moelle osseuse (et, par conséquent, l'anémie et la leucopénie décelables dans la numération globulaire) et la splénomégalie (élargissement de la rate) peuvent également constituer des signes de maladie.

Le diagnostic est établi histologiquement sur la base d'une biopsie d'un ganglion lymphatique atteint. En plus de l'évaluation histomorphologique, des techniques de coloration spéciales sont utilisées pour classer avec précision le matériel obtenu par une biopsie. De plus, la radiographie du thorax, l'échographie de la cavité abdominale, la tomodensitométrie du cou, du thorax et de l'abdomen ainsi que la ponction de la moelle osseuse pour exclure une infestation de la moelle font partie du diagnostic.