Leucémie aiguë lymphoïde (LAL)

La leucémie aiguë lymphoïde est un trouble malin de dégénérescence et de maturation des globules blancs. Le corps produit des globules blancs immatures (lymphocytes) que l’on appelle des blastes. Actuellement, environ une personne sur 100 000 souffre de LAL. En général, 80 pour cent des enfants nouvellement malades ont entre trois et cinq ans.

La maladie commence souvent par une fièvre soudaine, les patients se sentent fatigués et abattus et souffrent de sueurs nocturnes et d'un sentiment général de malaise accompagné de douleurs osseuses et articulaires. Les maux de tête et les vomissements (surtout lorsque le système nerveux central est en cause) sont souvent associés.

En règle générale, l'insuffisance médullaire progresse rapidement (réduction de la fonction de la moelle osseuse), c'est-à-dire que la formation saine du sang s'affaiblit avec une carence en érythrocytes (globules rouges) et en thrombocytes (plaquettes sanguines). Ceci est généralement associé à une faiblesse générale croissante et à une tendance accrue aux saignements.

L'élargissement des ganglions lymphatiques est déjà perceptible à la palpation. Au cours de l'examen de laboratoire, la numération globulaire révèle la présence de lymphoblastes (c'est-à-dire de lymphocytes activés par contact avec l'antigène), d'anémie (appelée aglobulie) et de thrombopénie (nombre réduit de thrombocytes). Les leucocytes (globules blancs) dans le sang peuvent être initialement élevés, normaux ou même diminués. En raison du manque relatif de leucocytes fonctionnels sains, le patient subit aussi une immunodéficience avec des infections souvent graves et pouvant mettre sa vie en danger.

La thérapie médicale traditionnelle fournit une thérapie cytostatique intensive (chimiothérapie) ou une radiothérapie crânienne immédiatement après le diagnostic. La greffe de moelle osseuse ou la thérapie à base de cellules souches représentent également des formes de traitement possibles.

Alors qu'il y a 30 à 40 ans, la LAL causait la mort de la majorité des patients en quelques semaines, il est aujourd'hui possible d’obtenir une guérison par une chimiothérapie intensive chez 40 à 50 % des adultes et environ 80 % des enfants. D'autres améliorations du taux de guérison sont probables grâce à un traitement global.