Cancer de la prostate

Cancer de la prostate est une tumeur maligne du tissu glandulaire de la prostate. Depuis des années, le nombre de nouveau cas augmente continuellement. Le cancer de la prostate est l’un des cancers les plus fréquents chez l’homme (actuellement environ 47 hommes sur 100 000 par an développent un cancer de la prostate). Les hommes à plus de 50 ans sont les plus touchés. Chaque homme sur deux à plus de 70 ans est actuellement malade d’un cancer de la prostate.

À ses débuts, la maladie est asymptomatique. Dans un stade avancé, des troubles de miction, des douleurs osseuses, et (encore plus tard) une perte de poids et une anémie peuvent apparaître. Souvent, même à un stade bien avancé, le patient se plaint uniquement de maux de dos ou de symptômes semblables à ceux d’une l’hyperplasie de la prostate.

 

Si des symptômes sont apparus avant qu’un diagnostic ait été posé, les cellules cancéreuses de la prostate se sont probablement déjà métastasées (principalement dans les ganglions lymphatiques avoisinants ou dans les os (métastases osseuses). Habituellement, le médecin peut palper le carcinome lors d’un examen rectal (un tubercule très dur et irrégulier). L’analyse de sang et une biopsie confirme le diagnostic.

 

Un traitement avec chance de guérison est possible, si les tissus dégénérés n’ont pas dépassé les limites de l’organe et tant que la tumeur n’ait pas encore métastasé. Puisque les symptômes ne surviennent qu’à un stade avancé de la maladie, on offre en Allemagne un examen de dépistage régulier pour les hommes à plus de 50 ans (ou même à partir de 45 ans lors d’antécédants familiaux) ceci permet de poser un diagnostic de cancer de la prostate à un stade plus précoce.

Thérapies recommandées pour le traitement du cancer de la prostate:

 

Hyperthermie générale

L’effet curatif de l’hyperthermie générale (du corps entier) est que nous pouvons très rapidement amener l’organisme à des températures élevées (jusqu’à 40,5 °). Ce réchauffement rapide et haut active non seulement le système immunitaire mais aussi de nombreuses cellules dégénérées du cancer de la prostate sont détruites. En outre la destruction et même l’élimination des cellules cancéreuses, l’hyperthermie générale active le système immunitaire énormément sans agresser le corps. Une cascade immunitaire est déclenchée par laquelle les globules blancs se prolifèrent et s’activent. 

Hyperthermie locale

Pour combattre le cancer de la prostate nous recommandons aussi l’hyperthermie locale. Par cette thérapie, la région touchée est rapidement chauffée à des températures élevées (jusqu’à à 45°C). Ce chauffage active le système immunitaire qui aiderait à combattre le cancer. La chaleur peut endommager et détruire les cellules cancéreuses en attaquant les protéines et les structures membranaires et intra-cellulaires ainsi que les vaisseaux sanguins irrigants les tumeurs et diminuer l’apport sanguin vers celles-ci, ce qui peut contribuer à ralentir sa croissance. L’hyperthermie locale est aussi appelée ablation thermique.

Dans notre clinique de jour nous vous proposons ce traitement selon le cas du patient ; il s’agit ici de surchauffer seulement les tissus malades. Par cela ce traitement n'a pas d'effets secondaires.

Thérapie par l'ozone

Selon notre expérience au centre d'Hyperthermie à Hanovre, nos patients atteints de cancer de la prostate répondent particulièrement bien au traitement à l'ozone. L'ozone est une molécule d'oxygène triatomique. Elle a un effet germicide (bactéricide, virucide, fongicide..) et stimule les mécanismes biologiques et le métabolisme cellulaire, induisant un effet revitalisant. L'ozone stimule aussi le système immunitaire. Dans le traitement à l'ozone il y a une oxydation aigu des cellules cancéreuses. Les cellules saines sont épargnées. On prélève 60 a 200ml de sang qui sera enrichis d'un mélange ozone-oxygène puis réinjecté par voie intraveineuse.

Thérapie photodynamique transurétrale (PDT)

Au Centre d'hyperthermie de Hanovre, nous recommandons un traitement photodynamique (PDT) à nos patients atteints du cancer de la prostate , dans lequel les cellules cancéreuse seront ciblées et détruites par la lumière. Au cours de ce processus, une substance photosensible (par exemple l'ICG), associée à un rayon lumineux d'une longueur d'onde spécifique dans les cellules malades, déclenche une réaction chimique conduisant à la mort cellulaire. Les tissus sains environnants sont épargnés.

La virothérapie oncolytique

Pour les patients atteints de cancer de la prostate l’effet de la virothérapie oncolytique est la destruction des cellules cancéreuses en utilisant le virus RIGVIR®. Ce virus est sélectif pour les cellules tumorales. La virothérapie RIGVIR® peut générer une armée de clones qui jaillit de la cellule tumorale infectée pour chercher et coloniser des cellules cancéreuses voisines ou même lointaines. Les virus peuvent détruire une cellule tumorale infectée, la faisant exploser lorsqu’ils en sortent ; ce procédé nommé lyse tumorale donne son nom au principe du traitement des cancers par virus, la virothérapie oncolytique. En plus de la destruction directe des cellules tumorales, l’injection de RIGVIR® implique le recrutement rapide de cellules immunitaires vers la tumeur.