Myélome multiple

Le myélome multiple (aussi connu sous le nom de maladie de Kahler, d’après Otto Kahler, ou, plasmocytome) est un cancer de la moelle osseuse. Il est caractérisé par une prolifération maligne de cellules productrices d’anticorps, les plasmocytes. Les plasmocytes dégénérés produisent généralement des anticorps ou des fragments d’anticorps. Puisque tous les plasmocytes malins sont descendants d’une seule cellule précurseur, ils sont génétiquement identiques (se sont des clones cellulaires) et produisent les mêmes anticorps (des anticorps monoclonaux).

Le degré de malignité peut être très différent, variant de lésions précancéreuses, d’une progression lente de la maladie, jusqu’à une tumeur hautement maligne, qui peut vite mener à la mort sans traitement. Ce sont principalement les hommes de plus de 60 ans, qui sont touchés d’un plasmocytome.

Les patients se plaignent de fatigue, de perte de poids et souvent aussi d’une douleur à l’occipitale. Une douleur osseuse (surtout des maux de dos) qui augmente lors d’un mouvement et la survenue de fractures spontanées sont des premiers indices menant à un diagnostique. La prolifération des lymphocytes B dans la moelle osseuse décompose au fur et à mesure le tissu osseux. Ces foyers sont typiques et relativement courants dans le crâne : on parle d’un crâne criblé à trous de balle.

La caractéristique d’un myélome multiple est une protéinurie (des protéines dans l’urine) ; cela fait augmenter l’excrétion de calcium (dégradation osseuse) et peut à long terme endommager le rein. Le myélome multiple peut causer une anémie, une leucopénie et/ou une thrombopénie. En outre, une susceptibilité accrue aux infections et des troubles de coagulation peuvent apparaître ; ceux-là se manifestent, par exemple, par des saignements de la peau ou des saignements de nez accrues.

Le diagnostic est fait par des analyses sanguines, une radiographie des gros os et par biopsie de la moelle osseuse.

Thérapies recommandées pour le traitement du myélome multiple:

Hyperthermie générale

L’effet curatif de l’hyperthermie générale (du corps entier) est que nous pouvons très rapidement amener l’organisme à des températures élevées (jusqu’à 40,5 °). Ce réchauffement rapide et haut active non seulement le système immunitaire mais aussi de nombreuses cellules dégénérées du plasmoytome sont détruites. En outre la destruction et même l’élimination des cellules cancéreuses, l’hyperthermie générale active le système immunitaire énormément sans agresser le corps. Une cascade immunitaire est déclenchée par laquelle les globules blancs se prolifèrent et s’activent. 

Méthode Gerson

La thérapie Gerson est une thérapie nutritionnelle. Elle se compose principalement de jus fraîchement pressés, d'un régime sans sel riche en substances vitales, de lavements au café et de certains compléments alimentaires, ce qui est particulièrement utile pour les patients atteints de plasmocytome. En combinant la thérapie de Gerson avec l'hyperthermie moderne et la thérapie biologique du cancer, nous avons ouvert un nouveau chapitre dans les thérapies alternatives du cancer et mis des mesures préventives à la disposition de nos patients.

Perfusions de vitamine C à fortes doses 

Au centre d’hyperthermie à Hanovre, nous traitons les patients atteints de plasmocytome avec succès avec des fortes doses de vitamine C. La vitamine C, l’acide ascorbique, est probablement la vitamine la plus connue. C’est aussi l’antioxydant le plus important. A forte dose, elle a un effet oxydant comparable à l'effet d'une chimiothérapie : elle intercepte les radicaux libres nocifs dans le corps et les rend inoffensifs ce qui empêche la dégénérescence des cellules saines. La vitamine C est également essentielle pour le système immunitaire et les divers processus de régénération dans le corps. La perfusion de vitamine C à fortes doses est un des traitements les plus efficaces du plasmocytome.