Cancer de l'utérus

Le cancer de l'utérus est une tumeur maligne de la paroi de l'utérus. Elle touche principalement les femmes ménopausées. Dans les pays occidentaux, le cancer de l'utérus est deux fois plus fréquent que le cancer du col de l'utérus. Le nouveau taux d'incidence a augmenté ces dernières années: il est actuellement de 25 sur 100 000 femmes/par an.

A un stade précoce, les examens de dépistage ne peuvent que rarement détecter la tumeur. D' autre part, les saignements irréguliers à la ménopause et les écoulements de couleur chair sont toujours suspects. Une douleur abdominale associée signifie presque toujours une tumeur avancée et inopérable.

On croit que des concentrations élevées d'œstrogènes à long terme favorisent le développement de tumeurs ; par exemple, les femmes ayant des troubles du cycle, une ménopause tardive ou un traitement hormonal substitutif présentent un risque plus élevé que la moyenne de la population. Les maladies de civilisation comme l'obésité, l'hypertension artérielle, le diabète type 2 et l'hormonothérapie exclusivement à base d'œstrogènes augmentent le risque de tumeur. 

Le carcinome utérin peut être diagnostiqué par échographie, scanner, imagerie par résonance magnétique, hystéroscopie (endoscopie de l'utérus) ou curetage. Le diagnostic est confirmé par un curetage de l'utérus.

Thérapies recommandées pour le traitement du cancer de l'utérus:

Hyperthermie générale

L’effet curatif de l’hyperthermie générale (du corps entier) est que nous pouvons très rapidement amener l’organisme à des températures élevées (jusqu’à 40,5 °). Ce réchauffement rapide et haut active non seulement le système immunitaire mais aussi de nombreuses cellules dégénérées du cancer de l'utérus sont détruites. En outre la destruction et même l’élimination des cellules cancéreuses, l’hyperthermie générale active le système immunitaire énormément sans agresser le corps. Une cascade immunitaire est déclenchée par laquelle les globules blancs se prolifèrent et s’activent. 

Hyperthermie locale

Pour combattre le  cancer de l'utérus nous recommandons aussi l’hyperthermie locale. Par cette thérapie, la région touchée est rapidement chauffée à des températures élevées (jusqu’à à 45°C). Ce chauffage active le système immunitaire qui aiderait à combattre le cancer. La chaleur peut endommager et détruire les cellules cancéreuses en attaquant les protéines et les structures membranaires et intra-cellulaires ainsi que les vaisseaux sanguins irrigants les tumeurs et diminuer l’apport sanguin vers celles-ci, ce qui peut contribuer à ralentir sa croissance. L’hyperthermie locale est aussi appelée ablation thermique.

Dans notre clinique de jour nous vous proposons ce traitement selon le cas du patient ; il s’agit ici de surchauffer seulement les tissus malades. Par cela ce traitement n'a pas d'effets secondaires.

IPT avec faible dose de chimio

Les patientes atteintes d'un cancer de l'utérus peuvent être traitées avec succès au Centre d'Hyperthermie de Hanovre avec l'IPT, qui utilise l'hormone hypoglycémiante. Celle ci augmente la perméabilité des membranes cellulaires. Les cellules cancéreuses de l'utérus se caractérisent par plus de récepteurs d'in-su-line que les cellules normales.

Suite a une hypoglycémie provoquée, ces récepteurs seront actives ce qui permet a la chimio de pénétrer en masse dans les cellules malignes . 

En conséquence, lPT cible mieux les cellules cancéreuses et nécessite moins de chimio, et donc moins d'effets secondaires.

La virothérapie oncolytique

Pour les patients atteints de cancer de l'utérus, l’effet de la virothérapie oncolytique est la destruction des cellules cancéreuses en utilisant le virus RIGVIR®. Ce virus est sélectif pour les cellules tumorales. La virothérapie RIGVIR® peut générer une armée de clones qui jaillit de la cellule tumorale infectée pour chercher et coloniser des cellules cancéreuses voisines ou même lointaines. Les virus peuvent détruire une cellule tumorale infectée, la faisant exploser lorsqu’ils en sortent ; ce procédé nommé lyse tumorale donne son nom au principe du traitement des cancers par virus, la virothérapie oncolytique. En plus de la destruction directe des cellules tumorales, l’injection de RIGVIR® implique le recrutement rapide de cellules immunitaires vers la tumeur.